fr lb de it pt en
Publications . Publikationen
11 juin 2016

« Voici ma vie »

Pr Dr Daniel Laliberté

Cette semaine encore, c’est la lettre de Paul aux Galates qui m’inspire les quelques réflexions que je souhaite partager avec vous. La semaine dernière, je mettais en évidence comment Paul, parce qu’il a rencontré le Christ de façon très intense, relativisa du coup tout ce qu’il appelait les « traditions de ses pères », considérant désormais que tout trouvait sa vraie valeur dans sa capacité de mettre quelqu’un en communion avec Jésus Christ. De même pour nous, chrétiens d’aujourd’hui, il y a beaucoup de gestes, rites, événements auxquels nous attachons de l’importance. Ne faut-il pas nous aussi nous demander comment ces activités traditionnelles pourraient encore mieux contribuer, à nourrir notre relation intime avec le Dieu que nous a révélé Jésus Christ ?

Le passage que nous propose la liturgie d’aujourd’hui (Gal 2,16ac.19-21) prolonge cette réflexion. Paul exhorte ses frères galates à se souvenir qu’ils ont « reconnu que ce n’est pas en pratiquant la loi de Moïse que l’homme devient juste devant Dieu, mais seulement par la foi en Jésus Christ. » Voilà l’un des thèmes pour lesquels Paul aura le plus bataillé : la conversion au Christ exigeait-elle d’endosser toutes les pratiques et observer toutes les prescriptions du judaïsme ? Ce débat ne nous concerne plus aujourd’hui, du moins pas dans sa forme originelle. Il nous renvoie cependant à une question fondamentale : qu’est-ce que c’est que d’être chrétien ? La foi chrétienne se définit-elle par un certain nombre de pratiques à observer ou encore par le fait d’avoir de « bonnes valeurs » ? À cela, Paul répond : « Par la pratique de la Loi, personne ne deviendra juste ». Ce qui « JUSTifie », autrement dit ce qui fait que quelqu’un est bien « aJUSTé » à Dieu, c’est la foi, cette relation personnelle, intérieure, avec le Christ, qui conduit Paul à proclamer : « Je vis, mais ce n’est plus moi, c’est le Christ qui vit en moi. » D’accord, Paul place la barre très haute ! Mais cela nous indique au moins la direction.

Évidemment, être chrétien entraîne comme conséquence une éthique de vie inspirée par les « valeurs évangéliques ». Mais ce que j’ai mis en évidence avec Paul, c’est que cela ne constitue pas le propre de l’identité du chrétien. Des « bonnes valeurs », des milliards d’humains en ont, les chrétiens n’en ont pas le monopole, heureusement ! Être chrétien, c’est s’identifier au Christ mort et ressuscité. Bien sûr, les portes d’entrée vers cette adhésion au Christ peuvent être variées, mais là se tient, ultimement, ce qui définit le disciple du Christ : dans le fait de trouver dans la résurrection du Christ le sens de sa vie, et dans l’Évangile la source pour orienter son existence.

À chaque fois qu’un chrétien participe à l’eucharistie, il accepte de « faire cela en mémoire du Christ ». Or « faire cela », ce n’est pas uniquement répéter fidèlement les gestes que Jésus a faits avec le pain et le vin. « Faire cela », c’est avoir dans le cœur les mêmes dispositions que Jésus avait quand il a pris ce pain et ce vin. Pour Jésus, ces aliments représentaient sa vie qu’il s’apprêtait à livrer totalement, en fidélité à l’amour qui l’unissait à son Père, avec la certitude que le Père ne le laisserait pas au tombeau. De même pour chaque chrétien : il est invité à inscrire dans le rythme de sa vie ce geste par lequel il s’unit intimement à Jésus Christ pour dire au Père : « Voici ma vie, je te l’offre de tout mon cœur, convaincu que rien, pas même la mort, ne mettra fin à cet amour qui nous unit. »

[Article publié dans le Luxemburger Wort du 11 juin 2016]

Pr Dr Daniel LALIBERTÉ daniel.laliberte lsrs.lu

Directeur du département « Religion, communication, éducation »

 
LUXEMBOURG SCHOOL OF RELIGION & SOCIETY
LSRS – Centre Jean XXIII
52 rue Jules Wilhelm
L-2728 Luxembourg

Twitter
Facebook
Linkedin
© Luxembourg School of Religion & Society
certains droits réservés . Some Rights Reserved

Dateschutz . Protection des données
Ëmweltschutz . Protection de l'environnement
+352 43 60 51
office lsrs.lu